accueil
Le blog de ceux qui ont assez d'amis pour en dire du mal

Articles du mois

Réveillon du nouvel an

Posté dans Annonce par Herr.ektor

Demain soir, où vous savez, se tiendra le réveillon du nouvel an. Pas de thème mais une seule devise : Toutes les excentricités sont permises.

A bon entendeur…

Pensée du soir 2

Posté dans Philosophie par Herr.ektor

« Chat repu trouve que le cul de la souris pu »

les Nuls

François Feldman icône gay?

Posté dans Musique par Sexysperma

Crémaillère sanglante

Posté dans Vipère party par Asthik

Hier soir O. se rendait chez V. en vu d'être overoptimâle pour la crémaillère « body art » de X., nouvellement revenu du Canada avec sa tendre.

Pourvus de nombreux tatouages, paillettes et fabuleusité, nos compères partirent joyeux à leur habitude, pleins d'espoir de rencontres potentiellement développables dans la pénombre. Que n'eurent-ils pas espéré !!

Quinze minutes après leur arrivée, O. faisait déjà la connaissance de Volverine, qui lui demanda de lui mettre des paillettes « jusqu'au bout de la bite ». Ravi d'aider son prochain à devenir fabuleux, O. s'exécuta.

Après avoir parcouru le torse musclé et poilu de Volerine, d'abord à la brosse, puis au doigt, suivant un trait de poils des plus alléchant, il se heurta à un caleçon.

  • O. : « Comment veux-tu que j'aille jusqu'au bout ? »

Volverine déboutonna alors son pantalon et baissa le dit caleçon, laissant un gland timide. Sous les yeux médusés de l'audience, O. frotta généreusement ses doigts dans son réservoir à paillettes, avant de les appliquer avec la même générosité sur le sexe offert.

  • Volerine : « Mets-moi du bleu maintenant »
  • O. : « Je n'ai pas de bleu »

À peine O. eu-t-il prononcé ces mots que Volverine se pencha pour lui mordre le téton.

  • Volverine : « Mets-moi du bleu »

Pensant qu'il valait mieux en garder pour le reste de la soirée, O. prit V. sous le bras et alla mettre son disque dur (très dur) au cul de l'ordinateur du salon afin de sauver la soirée de pleins-de-gens-qui-dansent-pas-parce-que-la-musique-est-nulle. Il fit alors la rencontre du frère de la tendre de X., dont il oublia aussitôt le prénom. Pour éviter toute confusion, nous le nommerons Michel.

La soirée commença enfin avec le démon de la danse. Très vite les corps se rapprochèrent et les esprits devinrent plus coquins, alcool aidant.

Après une heure de danse, O. laissa sa place de DJ adulé, et s'enfuit après la Lambada, pour voir si homme il y avait. Il trouva alors Michel et senti bien vite qu'il était flexible quand il lui mit sa langue dans la gorge. Une demi-heure de pelle ça assoiffe. Voyant que V. dansait comme une folle. O. poursuivi son voyage en direction de la cuisine, territoire encore inexploré. Il s'arrêta pourtant très vite, mais pas très longtemps, embrassé par Volerine, « mais pas avec la langue ».

Les heures passent, les gens pleins d'alcool se vident, et V. se retrouve dans les toilettes à en faire autant. Une dernière cigarette. Un dernier coup. Des bisous et V. s'en alla, laissant O. qui n'avait pas trop envie de rentrer pour des raisons incluant une sérieuse envie de se retrouver à deux (et plus si affinités) dans un endroit avec du carrelage blanc. Mais avant cela, il fallait prendre des forces. O. s'allongea alors sur le lit de X. pour converser avec ses deux nouvelles partenaires de danse. Quand tout à coup il se retrouva cloué au lit sous un poids qu'il attribua à X., qui avait été très câlin auparavant (un an de séparation oblige).

  • O. : « X. tu me brules avec ta clope ! »

Mais ce n'était pas X..
Ce n'était pas non plus une cigarette.
O. venait d'être mordu au sang par Volverine.

Crémaillère sanglante

Faire du neuf avec du vieux

Posté dans Musique par Herr.ektor

Pendant que certains se déchaînent dans des soirées aux thèmes exubérants en laissant des traces de paillettes sur des sexes inconnus, d'autres créent… Alors voici en EXCLUSIVITE MONDIALE le dernier titre transgenre et transgénérationnel, sans grande prétention et qui ne dure pas 16min, de Darkbizounours (connu aussi sous d'autres noms). Interprétation très libre qui constitue une déstructuration et une reconstruction d'une balade célèbre et connu de tous. Cette création se veut le reflet de l'espace social qui nait autour de la musique populaire, revisité au goût du jour. En ces temps de crise rien ne vaut le recyclage, faire du neuf avec du vieux, une flûte traversière, un ordinateur et c'est partit.

@publish [email protected]

Nous espérons que ces ondes percuterons vos cerveaux de plein fouet.