accueil
Le blog de ceux qui ont assez d'amis pour en dire du mal

Auteur

Auteurs / Asthik asthik

Espagnol pour le pire et le meilleur

Posté dans Musique par Asthik

Après une initiation – lourde de conséquences – par E. à la scène électrofuck espagnole, O. n'en fini plus de s'internationaliser pour le meilleur et pour le pire. En effet, le voici à présent piégé dans la Dance, se prenant même pour Jem et les hologrammes.

On ne le répètera jamais assez : abusez des drogues et surtout du maquillage !

30 ans de B., ou comment les lesbos ont disparu

Posté dans Vipère party par Asthik

Hier soir c'était le joyeux anniversaire de B. qui entre bien malgré lui dans le second tiers de sa vie, rejoignant quelques autres qui se sentaient seuls et vieux. Soirée très sympathique où les hommes étaient beaux et les filles pas mal. Boisson, cake, gâteau au chocolat. Puis, au fur et à mesure que le sol devenait plus amoureux de nos chaussures, nous jouant quelques tours (j'en ai vu finir dans des portes), tout a basculé.

On prévient toujours, mais c'est inévitable. Il ne faut pas inviter les lesbiennes-babos (ou lesbos), elles sont bien trop pénibles ! O. essayant d'entrainer, et d'étrenner, les jolis gens au son du disco dans une nuée de paillettes en a fait les frais. Despotiques de la playlist, handicapées du double-clic, il était quasiment impossible d'écouter une chanson dans son entier. Pas plus possible que de se déhancher en tout bonheur au son du « Call Me » de Blondie. Que la foule, emportée par le beat, conspue aux coupures brutales n'y changeait rien. Après qu'une dizaine de personnes aie tenté d'éloigner ses harpies de l'objet vital de la soirée (l'ordinateur qui joue la musique), O. décida de prendre les choses en main, comme il aime à le faire, avec toute la délicatesse et la diplomatie qui le caractérise.

« J'espère au moins que tu te rends compte que tu fais chier tout le monde à couper la musique sans arrêt ? À moins que tu fasses tellement de rétention annale qu'il t'es impossible de lâcher le contrôle de cet ordinateur, auquel cas je pourrai compatir. »

O. aurait pu s'en douter : la lesbos accepte difficilement les remarques masculines, même des plus perspicaces. À ce moment précis où la musique est coupée, où les corps en danse terminent leurs mouvements, où les yeux se tournent, cherchant une explication, où tout flotte comme de la bave dans un verre de coca-cola, la lesbos se lève.

Vociférant, elle pousse O. violemment, faisant tomber son serre-tête chevelu qu'il avait mit une heure à confectionner. Et là tout s'enchaine en moins de temps qu'il n'en faut pour dire « sado-maso ».

V., chevalier de chaque instant de O., surgit tel un cabri pour le réceptionner et s'interposer. Les mots fusent. Les gestes volent. Quand tout à coup, comme invoquée du néant, l'alter ego de la lesbos fond sur V., des deux côtés à la fois, dans un espace devenu surréaliste et improbable, et le frappe au visage avec un pilon à cocktails, lui brisant deux dents d'un geste rageur.

La foule se presse.
Des mains en surgissent et les saisissent.
Puis plus rien.
Le confort de bras chauds et humides.
Des caresses dans les cheveux.
Des cris qui s'éloignent au loin.
Une étreinte qui se relâche, rassurée.

Les lesbos ont disparu.

Furie lesbos

Largué en exil, exemples et conseils

Posté dans Vie pratique par Asthik

Souvenir de mésaventures passées, lorsque C. retrouva S. en Chine pour repartir aussitôt parce que celle-ci avait changé de cœur, il semblerait que quitter le pays soit un signe évident de fin du couple. Ce n'est pas un problème pour les gens normaux, mais apparemment certains y attachent de l'importance, comme X. parti retrouver sa dulcinée au Canada. À peine arrivé, il s'est fait larguer sur le bitume comme un préservatif usagé. Espérant maintenant recoller les morceaux, son voyage prend une tournure d'aventure, et c'est tant mieux.

Difficiles retrouvailles lorsque l'on s'est connu 3 mois en cher puis 6 mois à distance. Le voyage est-il obligatoirement présage de rupture ? Comment éviter ces tracas qui vous poussent un peu à la haine, ce qui n'est jamais bon pour le teint ? Voici quelques conseils pour y voir plus clair, et surtout préserver votre couple (pour ceux que ça intéresse, et il sont nombreux… vieillissants) :

  1. Basique mais indispensable : garder le contact. Pas étouffant et pas pénible.
  2. Ne parlez jamais de votre voyage. Tout le monde s'en fout ! Partagez plutôt vos sentiments.
  3. Ne jamais dire à chéri qu'il vous manque. Il pourrait s'apercevoir que vous ne lui manquez pas tant que ça. L'erreur ultime !
  4. Faire les papiers de l'appartement à votre nom. Si chéri décide de vous quitter de manière fourbe alors que vous êtes à l'étranger, il faudra au moins qu'il bouge son gros cul pour se reloger.
  5. Avoir un animal en commun, ou mieux, un enfant. C'est pas infaillible, mais ça peut garder chéri occupé à la maison.
  6. Avoir un complice qui s'assure que chéri ne sort pas trop, car s'il reprend gout au célibat, c'est foutu.
  7. Offrez un abonnement de ciné, de théâtre ou au pire de vidéo-club à chéri. Savoir ce que fait chéri de ses soirées, ou au moins le croire, c'est un soucis de moins pendant votre voyage, surtout en pleine semaine de diarrhée (tribut à l'exotisme).
  8. Flirtez pendant votre voyage. Attention, pas de sexe ! Du flirt, comme au collège. Au moins, si vous vous faites larguer en exil vous aurez peut-être une solution temporaire de repli, au pire vous n'aurez pas perdu votre temps.
  9. Les parents peuvent aussi jouer leur rôle. Tout dépend de l'âge de votre couple. Si cela fait un mois que vous êtes avec chéri et que vos parents débarquent chez vous alors que vous êtes en voyage ça peut foutre la merde. Mais enfin, si vous vous cassez le cul avec tous les points ci-dessus ce n'est certainement pas pour l'amourette du mois. Ou alors votre angoisse d'abandon est particulièrement sérieuse.

Ha ! L'espoir fébrile du couple qui résiste à la distance. C'est peut-être facile dans certaines civilisations, mais dans la notre basée sur la consommation c'est pas toujours évident. On y croit parfois, rêvant d'une belle histoire à la « Harry rencontre Sally », mais on réalise bien vite que tout ça c'est du cinéma, et que pour faire durer son couple, l'amour, la complicité et l'eau de source ne suffisent plus. Il faut aussi un peu de jalousie, un peu d'emprise, un peu d'amours chiennes et des sextoys.

Harry rencontre Sally

Castration & Tonte

Posté dans Faits divers par Asthik

Sous la pression communautaire, O. s'est décidé à faire castrer son chat pour qu'il cesse d'uriner sur les biens d'autrui, qu'il devienne un peu plus affectueux et qu'il finisse obèse. Par solidarité, O. laisse lui-aussi quelque chose qui lui est cher : le reste de ses cheveux.

La tonte

On oubliera cette crête, arborée fièrement depuis 4 ans. On oubliera la douceur de ses jolies boucles. On oubliera ce symbole d'une jeunesse passée, une jeunesse folle ou l'on trouvait les punks sexys. A l'heure de la techtonique, il ne reste plus beaucoup de place pour ceux qui n'ont plus de support à leur gel coiffant.

Adieux, Couettes et plus si affinités

Posté dans Vipère party par Asthik

Hier soir se tenait la soirée d'adieu et de bon vent de X. parti pour quelques mois au Canada, comme il semble être d'usage ces temps-ci. S'y côtoyaient gothiques, métalleux, chiens de sac à main, gens de cinéma, Francis Lalane, et autres pochetrons habituels s'efforçant de garder la cadence au son du disco et de l'electroclash. La soirée -s'éternisant- se prolongeant, les corps se sont rapprochés pour se blottir sous des couettes prétextuelles. Ainsi F. s'est réveillé aux côtés de O., et M. aux côtés de C.. Certains ont su rester sage par la force des choses, alors que d'autres n'étant pas américains ne se sont pas gênés. On reste encore sans nouvelles de ceux, arrosés de Ricard, plus ou moins en couple, parti avec d'autres, plus ou moins et couple. Douce souplesse des relations humaines.

Bon voyage X. tu nous manques déjà moins.

Invitation et gravité

Posté dans Philosophie par Asthik

« Tu réalises que si tu viens c'est uniquement parce que tu as été pris dans le champ gravitationnel de mon invitation ?! En fait, j'ai été tellement invité que ça a invité tout ce qu'il y avait autour »

à Roger

Rester célibataire en 2008

Posté dans Vie pratique par Asthik

La pression est de plus en plus forte. Au fil des années, surtout passé le cap de la trentaine, l'optique du couple commence à s'imposer comme une terrible fatalité, et avec elle la fin de votre liberté :

  • Fini de regarder ce qu'on veut à la télé, surtout D&co le dimanche à 19H parce qu'il faut aller manger chez les parents de chéri.
  • Fini de prendre toute la place dans le lit, il faudra choisir un côté, que l'on va surement regretter parce qu'il faut enjamber chéri pour aller faire pipi.
  • Fini les repas à n'importe qu'elle heure de la journée, il faut manger avec chéri parce qu'il rentre du boulot.
  • Fini la douche tranquille le matin, chéri voudra vous rejoindre pour vous faire une gâterie gagner du temps, alors que vous avez juste le temps de manger une madeleine avant d'aller bosser.
  • Fini la bonne santé, parce que chéri est plein de microbes et est du genre à partager.
  • Fini les amis parce que chéri les trouve pénibles.
  • Fini les rencontres de fortune parce que chéri est jaloux et n'aime pas les plans à trois.
  • Fini de se faire manger les fesses, parce que chéri ne mange pas de ce pain là.
  • Fini de se réveiller avec du vomi sur l'oreille chez un inconnu, parce que chéri ne veut pas vous quitter quand vous êtes sous MDMA.

Bref, en 2008 restons célibataires !

Couple heureux

Internet, espoir de prévention de l'adultère ?

Posté dans Faits divers par Asthik

R. désespéré par l'éloignement charnel de son amoureux, expatrié dans le froid et une forme correcte de totalitarisme, met à profit son numéro de carte bancaire pour s'offrir quelque support à des plaisirs solitaires mais nécessaires. Charitablement, O. tente de sauver son pécule en partageant quelques adresses plaisantes, espérant que cela suffise.

Amours expatriées

Posté dans Couple par Asthik

C'est un amour de vacances, une histoire sans lendemain, mais à laquelle on repense les yeux plein de chagrin. B. parti en vacance en inde a fait la connaissance de G. une italienne très italienne. Le projet de se retrouver est en suspend, tel de la bave dans un verre de coca. Comme si cela ne suffisait pas, son ex-moitié N., partie travailler à la réunion, chante aussi cet air des années 80, le cœur plus léger sous le soleil. Plus de précisions dans les semaines à venir… ou pas.

O. nous revient meurtri de son joyeux Noël en famille

Posté dans Fêtes familliales par Asthik

Ayant essuyé la jalousie délirante et le complexe de victime de son frère – ainsi qu'un flot d'insultes haineusesO. à passé quelques heures au service des urgences. Le clou idéal de ses jours de fêtes familiaux. O. a réussi à regagner la douceur de son foyer, avec cinq superbes points de sutures qui lui font une bouche de travesti brésilien. Hélas, ses nouvelles lèvres lippus n'arrivent pas à chasser sa peine, ni à le faire changer d'avis que ce Noël sera son dernier en famille.

Il fait si froid dehors.

Sutures