accueil
Le blog de ceux qui ont assez d'amis pour en dire du mal

:term

Étiquettes / Rupture

Riskay - Smell Yo Dick

Posté dans Musique par Asthik

GIF du dimanche

Posté dans Le point par Asthik

Quand la vie t'offre des citrons, presse-les dans les yeux des gens.

1980

1981

1982

1983

1984

1985

Jeudi humide

Posté dans Musique par Herr.ektor

Les Tout de Suite ont besoin d'aide pour monter leur prochain spectacle qui, j'en suis sûr, dégoulinera de sexe rapide et de balades érotiques; ils ont pour cela créer un Kisskissbankbank dont vous trouverez le lien ici. En attendant de réunir la somme qu'il leur faut, ils nous offrent deux cadeaux la chanson « Verge » le clip « L'ironie du sort ». Alors si le coeur vous en dit, mettez la main à la bourse pour aider ce projet à se monter comme un taureau… Sur ce bon jeudi humide…

the new age

Posté dans Musique par Pseudo.me

Gimme more ( Avant Britney ) par Marc Drouin

Posté dans Musique par Sexysperma

Hunk and His Punx : You don't like rock'n'roll

Posté dans Musique par Asthik

Ça doit faire longtemps que je me suis pas senti rempli. J'ai faim.

Je vais quand même pas attendre qu'on m'appelle !

Le point R. : A., un mercredi

Posté dans Le point par Asthik

Attends au moins que son grand-père ne soit plus mort avant de le larguer.

Garcimore

Le point R. : B., sa brosse à dents

Posté dans Le point par Asthik

Jeudi je voulais un vélo mais j'avais un apéro chez G. auquel je ne voulais plus aller pour cause de conflit psychique. G. m'appelle alors que j'étais encore au travail pour s'assurer de ma venue. Je lui explique que je ne pense pas venir parce que la veille j'étais à un concert (Fragile Architecture + Prespassers William) et que j'avais peu dormi. Il insiste en me disant de venir avec mon copain. Un pincement au cœur, je lui dis que je ne viendrais pas. Il me dit de le rappeler en sortant du travail. En sortant du travail je voulais toujours un vélo. Je suis donc parti à Auchan.

Alors que je sortais de Célio les bras chargés, G. me rappelle pour savoir si je viens. Je lui explique mon frais célibat et que je ne me sentais pas de venir chez lui. Il insiste pourtant. Je rentre chez moi. Il m'appelle à nouveau en me disant que cela me ferait du bien de voir du monde et qu'il a vraiment envie de me voir.

Je capitule.

Le lendemain matin, je me réveille la tête lourde, la bouche pâteuse, G. à ma main droite. Je repense à la soirée, où j'ai manifestement trop bu. Je repense à la surprise d'y avoir revu J. B. qui expliquait qu'il y avait eu un malentendu entre nous et qu'il avait attendu mon coup de fil, alors que j'attendais le sien (jusqu'à ce que deux jours plus tard je rencontre B.). Il me disait aussi que dans la journée il avait rencontré un gars qui allait venir à la soirée. Ils avaient baisé toute l'après-midi et c'était super. Le hasard faisant bien les choses. Alors qu'il me postillonnait son bonheur au visage, je me disais qu'il avait bien fait de ne pas rappeler.

À 8H45 je suis au boulot, juste assez fatigué pour essayer de réfléchir à ce qui s'est passé. L'heure du déjeuner arrive heureusement assez vite. Je rentre chez moi pour prendre l'air et me poser un peu. Après le repas, je vais me brosser les dents et alors que je tends mon bras pour saisir ma brosse à dents de son gobelet fleuri et étoilé, B. se rappelle à moi. Dans le gobelet, près de ma brosse à dents, sa brosse à dents.

Sa brosse à dents

à 14H44 je recevais le message suivant :

Salut Asthik. J'espère que tu vas bien. Si jamais tu veux boire un verre un jour ça me ferait plaisir (et tu pourrais récupérer ton polo). A+

Selon toute vraisemblance, rien ne se passe

Posté dans Faits divers par Asthik

Selon toute vraisemblance, rien ne se passe. Pourtant on se sépare, on se rencontre, on écrit des histoires, on en raconte à d'autres. On a des repas de familles et de longues discutions. On cherche du boulot, on en trouve. On cherche l'amour, on cherche encore. La fin de l'été nous glace la nuit, que l'on soit seul ou plusieurs. Le crousti se fait pauvre car les amis nous sont chers. Alors on se rencontre et on se quitte en toute discrétion. On trouve le réconfort de nouvelles amitiés. Pas de soirée depuis 1992. Pas de cuir, pas de paillettes, pas de doigts, pas de moustaches. Le manque. Et pourtant la promesse d'une rencontre.

Rezog092009

Si çà c'est pas mignon!

Posté dans Musique par Firesperm