accueil
Le blog de ceux qui ont assez d'amis pour en dire du mal

Le blog de ceux qui ont assez d'amis pour en dire du mal

La mystérieuse soirée de E...

Posté dans Faits divers par Herr.ektor

Aujourd’hui personne n’est sans savoir que E. avait mystérieusement disparu dans la nuit du jeudi 03 Juillet 2008. Que s’est il passé pendant cette soirée pour que E. se réveille à l’hôpital ? De la bouche du principal intéressé, il serait malencontreusement tombé d’un muret… Où ? Quand ? Comment ? Pourquoi ? Etait-ce vraiment un muret ? Autant de questions qui sont restées sans réponses. C’est pourquoi les vipères ce sont réunies afin d’élucider ce mystère. Comme dans « FBI Portés Disparus », la première étape était de reconstituer l’emploi du temps de E. avec les informations que nous avions pu glaner de-ci de-là et en recoupant les témoignages de personnes souhaitant garder l’anonymat. Puis dans un second temps, nous avons émis des hypothèses toutes plus probables les unes que les autres mais qui restent cependant des hypothèses. Voici le résultat de nos tergiversations autour de ce thème.

Jeudi 03 Juillet 2008, 21h30 : V. la colocataire de E. rentre d’une journée éprouvante en émotions. Elle trouve un E. bouffi d’angoisse qui lui lance : « Mais où étais tu ? Bon sang de bordel de merde ! ». Devant un réaction aussi inattendue de la part de E., V. s’est recroquevillée dans un coin sans parler à son colocataire des nouveaux faux cils qu’elle avait piqué à une drag queen de 2m20 pendant les soldes. Enfermée dans son mutisme V. ne se doutait pas encore de la tournure que les événements allait prendre.

Toujours Jeudi mais à 21h42 : E. part à un bal occitan avec son amie révolutionnaire A. . Sur le pas de la porte G. lui dit avec un air de Giscard d’Estaing : « Bonsoir », suivi d’un claquement de langue. Se fût la dernière fois qu’il vit son amant, selon ses déclarations.

Les événements suivants se passent à des heures qui restent indéterminées.

S. un ami de A. , colocataire de E. et petit ami de A. ancienne colocataire de E. , aperçoit E. dans la foule qui borde le Filochard. Nous avons déduit que cela devait être avant 2h du matin.

De source sûre E. déposa son sac à dos aux vestiaires de la célèbre boite à morue toulousaine où E. échoue sa carcasse quand il a trop bu : Le Shangaï. D’après nos estimations nous pensons qu’il devait être plus de 2h du matin.

Samedi 05 Juillet 2008 à au moins 11h du matin : Alors que toutes les vipères étaient mortes d’angoisses et encore bourrées de la veille E. revient à la maison après 24h d’examens médicaux (radios, prises de sang, analyses d’urine et de salive, urétrocystographies et urétroscopies, coloscopies…) subis à l’hôpital de Plouguignac-sur-lèze. C’est avec un œil empourpré, des petites griffures sur le nez et un traumatisme crânien que V. à retrouvé E. au milieu du salon.

Samedi 05 Juillet 2008 à au moins 22h32 du soir : Les vipères purent elles aussi, se rendre compte que quelque chose s’était passé en découvrant E. le poil terni et l’œil torve déclarant ne pas vouloir trop boire à cause de ses fraîches blessures et de son petit corps meurtrit.

Nous n’avons eu le temps de dresser que deux hypothèses, que voici :

  1. G. aurait jeté E. contre un mur, fou de rage pour une raison qui nous échappe.
  2. E. se serait fourvoyé avec un groupe de lesbiennes chinoises ou polonaises dont faisait partie une naine rousse avec un pied bot et l’autre plat, un bec de lièvre mettant bien en lumière ses aphtes chroniques, une paupière tombante et des signes évidents d’une trépanation récente. Ensemble, ils auraient joué à se hisser les uns sur les autres afin de réaliser une pyramide phallique. E. serait tombé de son sommet. Sa chute fût amortie par la naine.

Si vous avez d’autres suggestions, n’hésitez pas à nous en faire part ici. Rappelez vous que chaque détail et témoignage peut être important pour que la vérité jaillisse enfin !

Amen

Prendre son envol

Posté dans Vie pratique par Herr.ektor

Ce week-end, samedi à 10h15 pour les premiers, nous avons pu assister au premier vol solo de notre hirondelle préférée. Hé oui, c'est les bras chargés d'objets hétéroclites discos et sexuels que O. s'en est allé faire son nid SEUL… rue de la providence. Fruit du hasard ou du destin, nous espérons que la rue éponyme lui sera de bon augure. Nouvelle vie, nouveau nid, O. devrait très vite repeindre tous les murs blanc-hôpital à la façon de Blondine Arc-en-ciel . Ainsi il sera prêt à traîner dans son antre tous les jeunes-indécis-qui-ne-comprennent-pas-les-subtilités-de-la-vie, pour les initier aux joies de Twister .

Vas y O !! on est avec toi !!!

On a hâte de voir les photos

Prendre son numéro

Posté dans Souvenir par Asthik

En 2003 O. avait 24 ans et il rencontrait R. au café populaire. Attiré par sa lumière et sa chaleur, O. fît son possible le lendemain pour obtenir sa position afin de poursuivre sur sa peau.

Ce soir là, attendant informations et confirmation de la part de Y., O. découvrît Feist, et sa reprise des plus entrainante de Love You Inside Out. Un message :

  • Y. : « Il est au Nain Jaune »
  • O. l'y rejoint.

Plus tard dans la soirée, après que les amis de R. se soient gentiment éclipsés de l'intimité de son appartement, O. découvrît l'homme : son poil, sa douceur, ses lèvres et son voisin qui tapa alors qu'O. découvrait son lobe.

O. rentra le cœur joyeux ce matin là, ayant prit soin de noter le numéro de téléphone de R., sur quelque chose qu'il ne risquerait pas de jeter.

Prendre son numéro

Petit Fennec Marbré

Posté dans Souvenir par Asthik

En plein cartons pour cause de déménagement on se prend de nostalgie à la redécouverte de choses et de mots. Un petit tribut à toi ma S. de love et à nos années de merveilleuse amitié, même si des fois on est un peu loin.

« Petit Fennec Marbré

Velu en hivers, tondu en été
Tu batifoles dans l'herbe haute
tu roule-boule sur toutes les mottes
Et quand tu te mires dans la
flaque de la cascade asséchée
Tu réalise ta vraie identité
Sur tes deux puissantes jambes tu te tiens
Ton corps de muscles est constitué
Tu es un homme petit salaud » – S.

Vivre sur Vidéo

Posté dans Musique par Asthik

« Je vis une vie magique dans un écran cathodique. Dans un monde coloré, je me prends à rêver. Stop. Vivre sur vidéo. Les circuits intégrés. Sur un faisceau de lumière. C'est une vie fantastique. Un monde de lumières magnétiques. Au milieu des données, je voudrai me programmer. » – Trans-X

Merci à P. pour ses compilations qui m'ont rafraichi l'œil sur les années 80.

Tekno Love Song

Posté dans Musique par Asthik

Je suis tombé amoureux d'un mauvais homme.

Depuis que je t'ai rencontré je suis triste.
Un oiseau dans la cage de ta musique.
Un criminel dans tes prières.
Je te regarde dormir, même quand tu n'est pas là.

Les couleurs délavées de l'arc-en-ciel jonchaient les rues quand tu es parti.
Peut-être qu'un jour on se retrouvera.

Et pendant ce temps là...

Posté dans Faits divers par Elleair

en cette nuit courte du 21 juin, fatiguée, les mains ensanglantées, des traces de dents sur le front, la graisse accumulée l’hiver dégoulinant par chaque pore de sa peau, L. essaie de trouver le courage de fêter l’été. Pourtant attirée par la musique, l’odeur des saucisses grillées, L. n’y parvient pas. Ses pieds glissent sur le sol déjà jonché de sueur, la fatigue, la chaleur l’écrase dans son canapé mouillé. Puis c'est à 3 heures du matin, l’air devenu respirable, la sueur épongée, les cicatrices pansées, que L. décida de sortir. L. dévale l’escalier le téléphone à la main quand elle fut paralysée par une odeur effroyable, et c'est le souffle coupé proche de l’asphyxie qu’elle fit une terrifiante découverte, une innommable merde humaine dégoulinante encore chaude peut-être même bouillante vu l’odeur qu’il s’en dégage ! L’unique porte de sorti était alors devenu infranchissable et c'est vomissante qu’elle s’en retourna à son canapé. Depuis L. attend impatiemment la venue de ces hommes vêtus d’habit de poussière qui viennent (pas assez souvent) faire l’entretien des cages d’escaliers. Et malgré la baisse du pouvoir d’achat L. ne regrette plus de payer aussi cher ces hommes d’entretien !

L’été s’ra chaud !!!

Posté dans Couple par Herr.ektor

Samedi 21 juin. Fête de la musique. Ainsi nous y voilà en été !!! Enfin !!! Après tant de pluie de grêle et de vents nous avons bien mérité notre moment de chaleur et de débauche qui annonce bien de futurs articles salés voire même pimentés. C’est les corps encore chauffés du soleil de l’aprem’ et les esprits aiguisés que les vipères avaient décidé de participer activement en tant que public hystérique et exigeant, à la nuit la plus courte mais la plus remplie de l’année (merci à Jacques Langue). Les degrés d’air et d’alcools ambiants ont ce soir là frôlé des sommets.

Tout a commencé au concert de F. que l’on savait en pleine expansion amoureuse. Accoudés aux tables, des verres de bières plus ou moins fraîches accrochés à la main, les vipères dodelinaient leurs têtes et quelques fois leurs corps tout entier au son de la musique électro-épidermo-hypnotique de F. . Une mystérieuse jeune fille à la taille corsetée et chaussée de talons hauts nous est apparue comme étant La dulcinée de F.. F. et A, ça fait FA et ça tombe bien pour un musicien. C’est peut être là, la première note d’une jolie balade ou d’une salade de bave…qui sait ? En tout cas, ils ont l’air et la musique de se plaire ces deux là. C’est donc au diapason que nous les avons laissés pour continuer notre périple dans les rues bondées. Extatiques nous avons rejoint la mythique place de la bourse et ses alentours pour s’envelopper de sons électriques et extasiques.

Dès notre départ nous avions perdu O. qui était resté rue des L en vue de faire finement connaissance avec les jeunes amis d’A.. Nous l’avons retrouvés sur cette place, mouvant son corps de façon délicate, face à un grand et charmant garçon velu, au milieu d’une foule en folie qui sentait la drogue et la transpiration. Nous avons pu alors assisté à un rapprochement des corps jusqu’au contact des muscles faciaux. Décidés à leur laisser un peu d’intimité, nous nous sommes retirés de la foule. Nous avons ainsi pu retrouver la majeure partie (les mineurs étaient au lit) des protagonistes du début. Tous plus saouls qu’avant et prêts à prendre toutes les drogues du monde pour s’enfoncer dans la débauche, nous avons pu assister à d’étranges mélanges de muscles faciaux plus ou moins contractés, de pupilles dilatées, de corps indécents et de comportements décadents.

Au milieu de cette frénésie, V. , colocataire de notre célèbre pinochatologue et C. , célèbre producteur, ont été pris en flagrant délit d’initier un rapprochement corporel. Nous les avons vu fuir les paparazzis bras dessus dessous. Nous n’avons malheureusement pas pu récupérer un seul cliché de cet événement, les paparazzis étant complètement souls et les photos floues (tant que nous n’auront pas réglé ce problème il faudra vous contenter d’imaginer).

Un peu plus tard dans la soirée nous avons retrouvé notre cher O. qui s’était éclipsé avec son jeune N.. Affalés dans l’herbe entre deux flaques de vomis douteux, trois cacas de chien et des montagnes de bouteilles, ils semblaient en bonne position. Mais le temps passa et jeunesse fila rejoindre son destin au Cléo, abandonnant notre pauvre O. un filet de bave à la bouche. « Point trop jeune n’en faut » furent les derniers mots d’O. qui s’en fût amer sur le fidèle destrier de D. prêté pour l’occasion. Après quelques chutes O. arriva sain et sauf dans sa future-ex-maisonnée rejoindre les bras de notre fidèle Morphée et rêver à des Histoires d’O..

Dans la soirée nous avons perdu la trace de B. , nouvellement dénoué d’une histoire d’amour kilométrique, qui s’en était allé chercher charmante compagnie. Si vous l’avez par hasard croisé ou que vous avez été témoin de toute autre situation coquasse ou coquine, venez nous compter ce que vous avez vu.

N’oubliez pas que chaque détail compte et tout témoignage doit être déposé ici dans les plus brefs délais pour le bien de la communauté.

Our sweet 21th (+10) birthday party

Posté dans Vipère party par Asthik

Un grand merci chaleureux et humide à vous, gens merveilleux, venus fêter les 21ans (+10) de L. et O.. Merci pour cette nouvelle soirée joyeuse de disco, de rires, de danse, de friction, et de pelles.

Une pensée émue pour F., qui découvre qu'il plait et enchaine les conquêtes avec toute la fougue de sa jeunesse, ainsi qu'à tous ceux absents qui nous manquent quand même.

Je vous laisse à la découverte de l'album de cette soirée décidément fluo.

Our sweet 21th birthday - Album

voir l'album de la soirée

Week end before the fluo party

Posté dans Faits divers par Herr.ektor

Quoi de neuf sur la planète vipère…???

En ce dernier week-end du mois de mai pourri et ce premier du joli mois de juin qui à l'air tout aussi pourri que l'autre, O a eu la joie de découvrir qui était le jeune trentenaire psychanalysé dont il a été fait état dans les articles et autres commentaires précédents. C'est le coeur léger et avec les vêtements adaptés qu'il est allé partagé quelques verres en début de soirée samedi. De source sûre nous savons que l'apéro s'est transformée en resto puis, vers minuit trente sept , en retour via le métro pour le petit O qui s'en fût faire dodo. Enfin, ça c'est une version plutôt officielle. Etant donné que nous, les vipères du net, savons que tout réside dans le versant officieux des choses nous avons mené l'enquête et découvert ce que O s'est empressé de faire une fois chez lui… O ne pensait en fait qu'à fignoler son déguisement pour la soirée fluo et nous avons même une photo pour illustrer tout ça… Une question reste cependant en suspend : O va t-il assumer ???

fluo-party

La suite au prochain épisode…