accueil
Le blog de ceux qui ont assez d'amis pour en dire du mal

Catégorie

Catégories / Souvenir souvenir

80's fever #3

Posté dans Souvenir par Pseudo.me

80's fever#2

Posté dans Souvenir par Pseudo.me

parce que je suis au chomage et j'ai que ça à foutre….

80's Fever

Posté dans Souvenir par Pseudo.me

parce que je suis au chomage et j'ai que ça à foutre…

i'm fascinated by your love boy/ i'm fascinated by your love toy (mmmm..) & i'm fascinated by your cheveux… sexy kate

Mangez des pommes

Posté dans Souvenir par Herr.ektor

En attendant le 13 octobre, faites gaffes aux pommes !!!!

you have to say YES to another XS...

Posté dans Souvenir par Pseudo.me

Pot pourri 2011

Posté dans Souvenir par Herr.ektor

Parce que vous l'attendiez avec impatience et qu'on est le lendemain de la Saint V, alors voici le pot pourri de l'année qui vient de passer, elle fût très riche vous verrez… la vidéo est longue, mais ce qui est long est bon, et si vous tenez jusqu'au bout… surprise !

Avertissement : des images peuvent choquer la sensibilité de certains mais on s'en fout on les connait pas !

... et qui ont une voiture

Posté dans Souvenir par Asthik

via: enricogay

Inépuisables années 80 ....

Posté dans Souvenir par Herr.ektor

Encore une pépite des années 80 que notre tendre P. a su dénicher…

FraiseVinyl + Fragile Architecture

Posté dans Souvenir par Herr.ektor

Samedi soir dernier au Théâtre Garonne, FraiseVinyl et Fragile Architecture se donnaient en spectacle pour le bonheur de nos yeux et de nos oreilles. Pour ceux qui l'auraient loupée, voici un petit condensé d'une performance onirique à plusieurs mains.

Arrivée des musiciens. Tels des druides dont les capuches cachaient leurs visages, ils prirent place aux côtés de leurs instruments, prêts à nous faire vivre une cérémonie musicale mystique. Fragile architecture drapée de blanc au milieu d'une scène nue artistique. L'ambiance était posée et le public aussi.

Les premières notes s'élevèrent dans les aires, ondes éthérées pour oreilles éveillées, le chant vint danser avec les mélodies et les chansons douce-amères s'enchaînèrent pour remplirent l'espace. Puis, derrière les musiciens, une bâche noire tomba pour révéler son secret à la lumière d'un stroboscope. De grands ballons blancs s'envolèrent vers les cieux retenus par de longs fils couverts de pages blanches où nous pourrions écrire à l'encre invisible de la perception, les émotions qui nous traverseraient. De la nuit, au fond de la scène, naquit un tableau d'étranges femmes blanches aux têtes de lapins noirs, qui retenaient de leurs mains l'envolée des aérostats. Au début immobiles, elles entamèrent une marche rigide sans bouger de place. Elles arrivaient dans le spectacle et n'en repartiraient plus. Le concert continuait et les filles redevinrent interdites. La musique nous berçait et nous menait vers l'essence d'un univers onirique qui ne demandait qu'à nous envelopper. Et le si nous montions, semblait nous demander le son. frafra1 Lumière noire et silhouettes blanches, les formes féminines prirent vie. Certaines d'entre elles s'avancèrent droit dans le public, traversant la salle droit devant. Félines, elles montèrent sur les sièges pour passer à travers les rangées de manière animale. Elles offrirent à quelques personnes le bouquet de ballons qu'elles tenaient, puis allèrent se poster sur le côté des allées. Les autres encadraient les musiciens comme une armée de chimères. Il n'était pourtant pas question de combat mais nous étions conquis. Chacune pris place pendant que la mélopée allait crescendo. Nous n'avions plus qu'à nous laisser aller comme les ballons vers le plafond. Le rêve nous avait pénétré, englobé, nous en faisions désormais partie. frafra2 Le concert continua son ascension. Les chimères se mirent à danser lascivement une lumière à la main pour éclairer leurs corps et leurs culottes noires pailletées. Certaines laissèrent couler de leurs bouches une ombre liquide qui tacha leurs corps immaculés. La lumière se reflétait sur les strasses de leurs dessous sombres et elles continuèrent à danser dans l'ombre. La musique nous faisait monter jusqu'au moment où elle mourut en un son grave et continu. Les prêtres se retirèrent. La cérémonie se terminait. Il ne restait que les danseuses chimériques qui ondulaient en attendant notre départ. Nous avons été pris dans un rêve dont il fallait nous défaire. Nous devions maintenant le quitter car il ne demandait qu'à continuer à vivre un peu plus longtemps dans nos psychés.

Merci à FraiseVinyl et Fragile Architecture, nourrisseurs d'inconscients, pour ce magnifique espace temps, cette ascension orgasmique qui nous a fait jouir des yeux et des oreilles.

La télévision de notre enfance : Coquin maillard

Posté dans Souvenir par Asthik

Coquin maillard, c'est le nom de l'expérience, du test que nous allons tenter avec vous ce soir. Seriez vous capable aujourd'hui avec les mains, les yeux fermés de reconnaitre celui ou celle avec qui vous vivez depuis quelques années ou plusieurs mois ?

J'le reconnais c'est mon homme !