accueil
Le blog de ceux qui ont assez d'amis pour en dire du mal

:term

Étiquettes / Ivresse

Golden Bug – Accroché à toi

Posté dans Musique par Asthik

GIF du dimanche

Posté dans Le point par Asthik

« Send me a dick pic »

2248

2249

2250

2251

2252

GIF du dimanche

Posté dans Le point par Asthik

Des GIF du dimanche post pride, post électrofuck et post saison d'électrofuck. On est mal payés, mais qu'est-ce qu'on rigole.

1668

1669

1670

1671

1672

1673

take me to the club

Posté dans Musique par Pseudo.me

more protein

Posté dans Souvenir par Pseudo.me

the pape is back : hallelujah !

Posté dans Société par Pseudo.me

barbie worlds

Posté dans Musique par Pseudo.me

Lady Dandy

Posté dans Musique par Herr.ektor

Aujourd'hui notre Lady Dandy, Madmoizel, sort un nouvel EP de 8 titres tous autant fabuleux les uns que les autres, et nous l'attendions avec impatience après son premier EP Dame de France.

Pour ceux qui ne la connaissent pas encore, Madmoizel c'est un univers tinté par le meilleur des années 80 avec claps et synthés, une voix qui s'envole comme une Diva punk, qui se superpose, explose, s'expose aux modifications électroniques à coup de reverbs et de delays. Sur scène, c'est une présence énergique derrière ses claviers, femme dandy hybride avec ses machines, elle sait nous transporter d'un monde l'autre, tour à tour freak de la nuit, amante déniée, dandy désabusé, lyrique électrique, amours froides et cœurs chauds.

Quand j'écoute la musique de Madmoizel, je m'envole, traverse des plaines lunaires balayées par un vent d'amour, redescend sur terre et me retrouve en train de danser dans mon salon, seul, mais bien accompagné par sa musique.

Il y a tant de choses à dire mais il reste une chose à faire : Allez écouter son nouvel EP et l'acheter ! voici le lien avec son Bandcamp Madmoizel Bandcamp

DURAN DURAN DURAN DURAN DURAN DURAN

Posté dans Musique par Pseudo.me

Stereolab - Envirez-vous

Posté dans Musique par Asthik

Il faut être toujours ivre. Tout est là : c'est l'unique question. Pour ne pas sentir l'horrible fardeau du Temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve. Mais de quoi ? De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. Mais enivrez-vous. Et si quelquefois, sur les marches d'un palais, sur l'herbe verte d'un fossé, dans la solitude morne de votre chambre, vous vous réveillez, l'ivresse déjà diminuée ou disparue, demandez au vent, à la vague, à l'étoile, à l'oiseau, à l'horloge, à tout ce qui fuit, à tout ce qui gémit, à tout ce qui roule, à tout ce qui chante, à tout ce qui parle, demandez quelle heure il est ; et le vent, la vague, l'étoile, l'oiseau, l'horloge, vous répondront: « Il est l'heure de s'enivrer ! Pour n'être pas les esclaves martyrisés du Temps, enivrez-vous; enivrez-vous sans cesse ! De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. »